Sion, Capitale suisse des Alpes?

L’info de la section 

Lien vers notre flyer

Fusions entre communes de plaine et communes de montagne

Est-ce vraiment une bonne idée ?

C’est la question que le comité du PDC de Sion s’est posée et à laquelle il attache une importance certaine car les éventuelles fusions avec Veysonnaz et Mont- Noble vont redessiner la commune de Sion, mais aussi le Valais central à jamais, sans retour possible.

Trois paradigmes ont été avancés et annoncés par le Conseil municipal de la commune de Sion pour lancer l’idée d’un grand Sion, Valais central, qui pourrait aller de Ferpècle au Sanetsch.

Sion capitale Suisse des Alpes

Sion est d’abord la capitale du Valais, troisième canton alpin de Suisse en superficie et en nombre d’habitants. Ce titre sied très bien à Sion et lui permet de rayonner aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du canton. Les enjeux en tant que tels sont suffisants et le travail pour les défendre important.

Réconcilier la plaine avec la montagne

Pour nous, il n’y a pas d’opposition entre la plaine et la montagne. Nous avons chacun nos axes de développement et nos spécificités, sans antagonisme aucun. Alors pourquoi vouloir réconcilier des voisins qui cohabitent paisiblement. En fait, le message hégémonique de Sion aux communes avoisinantes a plutôt contribué à déchirer des villages et à créer un malaise avec certaines communes de montagne.

Sion est déjà une commune de montagne avec le village des Agettes

Il n’est pas nécessaire de poursuivre ce processus.

Les hypothèses ci-dessus n’étant pas vérifiées, il est difficile de développer un théorème sur ces bases. Car en fait, pour le PDC de Sion, dans la situation actuelle de notre commune, de notre région et de notre canton, il s’agit simplement de bon sens et de logique.

  • Tout d’abord, il suffit d’évoquer que Veysonnaz partage 10 tâches régaliennes sur 14 avec Nendaz

  • Et que dire de Mont-Noble qui est l’entrée de la rive droite du val d’Hérens et qui, logiquement, devrait renforcer la montagne et le val d’Hérens en coopérant avec ses voisins montagnards ?

  • Il faut aussi évoquer la réussite de la fusion des communes du val d’Anniviers et le développement qu’elles ont accompli

  • On peut dire encore que Sion est une commune de plaine, certes avec les Agettes, mais avec son identité. Veysonnaz et Mont-Noble sont des communes de montagne avec aussi leurs identités Ces identités différentes sont historiques et culturelles et nous pensons qu’il faut maintenir ces différences, que la diversité actuelle est une richesse et que vouloir fusionner et donc lisser (pour ne pas dire absorber) les différences entre la plaine et la montagne n’est pas profitable en termes de richesse culturelle, historique et humaine.

  • Enfin, et c’est peut-être le plus important, en fusionnant maintenant avec des communes comme Veysonnaz et/ou Mont-Noble, Sion va affaiblir la montagne et priver des communes de montagne d’un avenir éventuel commun dans le futur (Nendaz-Veysonnaz / Mont- Noble-St-Martin-Val d’Hérens).

Même si les hypothèses de départ nous semblent erronées, la réalité des demandes de fusion que la commune de Sion doit traiter pousse le comité du PDC de Sion à se poser la question du bien-fondé de ces fusions, pour notre commune de Sion, mais aussi pour les communes alpines avoisinantes, pour la région ainsi que pour le Valais, en gardant une vue globale.

Pour Sion

Il s’agira de couvrir un vaste territoire hétérogène. Déjà actuellement, certains quartiers de notre commune ont des besoins qui ne sont pas ou pas totalement couverts. En plus, Sion doit jouer son rôle de capitale cantonale et offrir à sa région les services de qualité d’une commune-centre. Que Sion se concentre sur ses tâches.

Pour la région

Actuellement, les communes de montagne sont soutenues par  des  programmes  fédéraux  et/ ou cantonaux pour se développer et maintenir leur population. Lorsque ces communes auront fusionné avec Sion, la région risque d’être privée de ces aides fédérales et/ou cantonales. Car comment considérer une commune comme étant de montagne alors que le 90% de sa population vit en plaine.

Pour le canton

Comme annoncé par le Président de la commune de Sion, la région «fusionnable» réunirait jusqu’à 90’000 habitants, soit entre 20 et 25% de la population valaisanne. Ainsi, une seule commune réunirait le

¼ de la population du canton. Cette situation va immanquablement créer un déséquilibre entre les différentes régions du canton mais aussi avec le canton lui-même. Il est donc primordial de connaître la vision des autorités cantonales sur les fusions pour l’ensemble du canton avant de se lancer dans un tel projet. Mais si Sion fusionne avec Veysonnaz et Mont-Noble, nous aurons mis le pied à l’étrier et nous ne pourrons pas revenir en arrière.

Nous aimerions également commenter la méthode utilisée pour mettre ces fusions en discussion.

Actuellement, le conseil municipal de Sion propose des ateliers de mise en consultation notamment auprès des conseillers généraux pour réfléchir sur sur les fusions avec Veysonnaz et Mont-Noble et cela par thème. Pour le comité du PDC de Sion, cette façon d’agir est discutable car, d’une certaine manière, elle influence les participants par une méthodologie participative.

En effet, avant de pouvoir étudier le dossier avec les avantages et inconvénients, les conseillers généraux sont confrontés à des sujets spécifiquement segmentés présentés par des consultants qui connaissent les dossiers. Au moment de se prononcer formellement en plénum, il sera difficile pour certains conseillers généraux de s’opposer à ces fusions puisqu’ils auront travaillé sur le sujet en donnant leurs avis lors des ateliers participatifs.

En revanche, le comité du PDC de Sion aurait trouvé légitime une mise en consultation auprès du conseil général de la vision de notre commune et de notre région avant qu’elle soit finalisée et annoncée par le conseil municipal : Sion capitale Suisse des alpes, fusions diverses et vision plaine- montagne. Malheureusement, aucun conseiller général sédunois n’a pu se prononcer sur ces véritables enjeux. Cette consultation aurait permis d’avoir une tendance de ce que pense la population, représentée par le conseil général et elle aurait évité des études dispendieuses sur des thèmes non désirés.

En conclusion et dans la configuration actuelle, le comité du PDC de Sion est opposé aux fusions proposées et demande à ses autorités et ses membres d’en prendre acte. Les motifs principaux, logiques et de bons sens, sont

  • que peu de tâches régaliennes sont actuellement partagées entre Sion et Veysonnaz / Mont- Noble,

  • que les problématiques sont différentes entre la plaine et la montagne,

  • que la diversité entre la plaine et la montagne doit être préservée,

  • que notre commune doit se concentrer sur son rôle de commune-centre et de capitale du Valais,

  • qu’il ne faut pas affaiblir les régions de montagne en les amputant maintenant de deux de ses membres. 

Nous pensons que les fusions ont un sens, dans un périmètre logique et pour renforcer une région bien définie, tout cela en adéquation avec une vision cantonale.

Le comité du PDC de Sion a consulté différents rapports pour étayer sa prise de position. Dans le rapport de l’IDHEAP « Vision du tissu communal valaisan face aux enjeux globaux », il ressort de l’analyse multicritères des stratégies alternatives que la commune diversifiée (c’est-à-dire commune plaine-montagne) est le moins bon choix après le statuquo (p.43 du rapport).

D’autre-part, le groupement suisse pour les régions de montagne a approuvé une résolution qui en appelle à une priorisation des stratégies de proximité rapprochant des entités de taille comparable afin d’éviter une marginalisation inévitable des zones de montagne en cas de fusions avec des pôles dominants de la plaine. Il est également fait mention d’une collaboration accrue entre ville et montagne dans le respect de l’autonomie politique.

En vous remerciant de votre attention et restant à votre disposition.

Le comité

 Lien vers notre flyer

Posted in Section.